Alpha Equity World ESG

Actions monde
Règlementation SFDR – Article 8

Part RC – FR0014008AY7
Part RD – FR0014008AZ4
Part I – FR0014008B01

Encours

795 849,94 €

Note ESG

47,73 %

Volatilité

16,83 %

Niveau de risque

6/7

Commentaire de gestion

Août 2022

Mois d’août en deux temps sur les marchés actions : poursuite de la tendance haussière lors de la première quinzaine avant de connaître une forte prise de bénéfices lors de la seconde partie du mois suite à la teneur « hawkish » du discours de Jerome Powel avec une inflation et une activité économique US qui ne semblent pas vouloir freiner pour le moment. Parallèlement, le marché obligataire s’est également significativement tendu ; pour preuve, en Europe, le Bund a quasiment doublé d’un mois à l’autre, l’OAT s’est réinstallée au-dessus des 2% et le BTP italien tutoie à nouveau les 4%. Il en découle qu’une telle volatilité dans un marché normalement sécuritaire est signe d’une profonde incertitude. Concernant le marché des changes, le Dollar Index (le dollar US face à un panier de devises internationales) conforte sa tendance haussière en clôturant le mois sur des plus hauts de 20 ans. Enfin, en ce qui concerne les matières premières, le baril de pétrole WTI a chuté de près de 10% sur le mois en revenant sur les niveaux de fin janvier 2022, soit un niveau d’avant crise ukrainienne. Dans le même temps, l’once d’or évolue dans un canal latéral bien défini entre les bornes 1800 / 1700$ l’once, et ce malgré les pressions baissières engendrées par des politiques monétaires agressives de hausse de taux.

Le fonds Alpha World Equity ESG a quant à lui enregistré des performances conformes à celles de l’indice Bloomberg World Large & Mid Cap Total Return, pratiquement inchangé. Les sociétés qui tirent parti des produits biodégradables (Darling Ingredients, Green Plains) ont le plus contribué à la performance du fonds, tandis que les principaux détracteurs étaient les valeurs de l’économie traditionnelle.

Les résultats du deuxième trimestre 2022 de Darling Ingredients (+11% de hausse du cours de l’action) ont dépassé les attentes du consensus et les prévisions restent prudentes. Les taux de croissance des divisions Feed et Food ont compensé les vents contraires en matière de prix dans la division Fuels. La demande croissante de graisses et d’huiles de la part de l’industrie du diesel renouvelable ainsi que la réglementation supplémentaire visant à soutenir l’adoption des biocarburants au Canada et en Californie soutiennent le dossier d’investissement.

Cowen (+11%) a poursuivi sa progression jusqu’au début du mois d’août, après quoi la Toronto Dominion Bank a finalement confirmé l’acquisition. Entre-temps, nous avons présélectionné quelques candidats bancaires américains (dont les données ESG s’améliorent) comme nouvel investissement pour l’allocation sectorielle des institutions financières nord-américaines du fonds. Le nouveau titre remplacera le désinvestissement de Cowen en septembre.

Green Plains (+3%) a en outre affiché des résultats meilleurs que prévu pour le deuxième trimestre. Des taux d’utilisation de la production serrés et des prix de vente des produits plus élevés ont entraîné une augmentation des bénéfices d’exploitation. L’augmentation de la production d’huile de maïs et la hausse du taux de protéines des drêches de distillerie se traduiront par une rentabilité plus élevée et une diversification accrue au fil du temps.

Dell Technologies (-14%) a confirmé la modération de la demande des entreprises pour les PC, les serveurs et le stockage pendant la saison des résultats technologiques. La direction a également révisé de manière significative ses prévisions d’unités de PC pour l’année, de 330 millions à environ 290 millions.

Hormis la publication par UFP Industries de solides résultats trimestriels en juillet, aucune autre nouvelle connue n’a contribué à la baisse du cours de l’action de la société de -13%. La société est entre-temps cyclique par nature. L’action de Teleperformance a également perdu -13% en l’absence de nouvelles. Ses résultats trimestriels de juillet ont montré une croissance continue et régulière et le consensus des analystes sell-side continue de montrer une tendance à la hausse des bénéfices attendus. Les acheteurs prévoient peut-être une pression inflationniste sur les marges, car 80 % des coûts d’exploitation sont des frais de personnel. La société emploie 420 000 personnes dans le monde et une partie importante du personnel des centres d’appels est rémunérée au salaire minimum.

Valeur liquidative

Au 29/09/2022

Part RC
100,88 €

Chart by Visualizer

Part I
101 260,15 €

Chart by Visualizer

L’équipe de gestion

Frédéric et Marc ont des caractères et des compétences diverses qui se complètent et renforcent leur méthode de gestion de fonds d’investissement.
Frédéric avec ses analyses macro-économique affinées, et Marc avec son expertise financière des entreprises côtées, savent mettre en lien leurs connaissances afin de construire des portefeuilles diversifiés et performants.

Frédéric Hamm

Marc Frippiat

Informations légales

Les informations présentées ci-dessus ne constituent ni un élément contractuel, ni un conseil en investissement. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les frais de gestion sont inclus dans les performances. L’accès aux produits et services présentés ici peut faire l’objet de restrictions à l’égard de certaines personnes ou de certains pays. Le traitement fiscal dépend de la situation de chacun.

Cet OPCVM promeut des critères environnementaux,sociaux et de gouvernance (ESG) au sens de l’article 8 du Règlement (UE) 2019/2088 sur la publication d’informations en matière de durabilité dans le secteur des services financiers (dit « Règlement SFDR »). Il n’a pas pour objectif un investissement durable. Il pourra investir partiellement dans des actifs ayant un objectif durable, par exemple tels que définis par la classification de l’UE.

Cet OPCVM est sujet à des risques de durabilité tels que définis à l’article 2(22) du Règlement (UE) 2019/2088 sur la publication d’informations en matière de durabilité dans le secteur des services financiers (dit « Règlement SFDR »), par un événement ou une condition environnementale, sociale ou de gouvernance qui, s’il se produit, pourrait entraîner un effet négatif réel ou potentiel impact sur la valeur de l’investissement.