Encours

760 190,10 €

Note ESG

53,10 %

Volatilité

15,87 %

Niveau de risque

6/7

Synthèse macro-économique

Février 2023

Une fois n’est pas coutume, les indices actions internationaux n’ont pas connu les mêmes tendances boursières. En effet, si le STOXX Europe 600 a poursuivi sur sa lancée du mois de janvier en s’adjugeant +2.10% de performance mensuelle (à noter le nouveau record historique battu par le CAC40), il n’en est pas de même pour le S&P500 dont la performance sur la période a été de -2.61%. Une nouvelle fois les statistiques sur l’inflation sont venues jouer les troubles fêtes alors que, dans l’ensemble, les publications de résultats annuels des sociétés se sont avérées positives.

Parallèlement, le marché obligataire s’est tendu sur le mois, les intervenants de marché se rendant compte que l’inflation ralentit moins qu’attendu et que les banques centrales risquent d’augmenter les taux plus fortement qu’anticipé. Ainsi, les taux sur le Bund allemand ont clôturé le mois sur un plus haut depuis 2011, au-dessus des 2.50% ; même constat sur l’OAT française avec des taux dépassant les 3%. Quant au 10ans US, ce dernier tutoie à nouveau les 4%.

Concernant le marché des changes, le Dollar Index (le dollar US face à un panier de devises internationales), comme anticipé, est parvenu à amorcer un rebond pour repasser au-dessus des 103 points ; niveau qui, selon nous, est une zone de support pour former une période de consolidation.

Enfin, en ce qui concerne les matières premières, le baril de pétrole WTI parvient une nouvelle fois (quatrième mois d’affilé) à clôturer au-dessus de la zone support majeure des 77$ ; la phase de consolidation devrait à notre sens bientôt s’achever pour amorcer une tendance haussière. Dans le même temps, l’once d’or a connu des prises de bénéfices après trois mois de hausse d’affilée en revenant sur les 1800 $.

Commentaire de gestion

A la fin de la saison des résultats du 4T2022 en février, le fonds Alpha Equity World ESG a maintenu une performance stable. Le profil du fonds fait actuellement l’objet de modifications en vue du passage de son statut actuel d’article 8 à la classification article 9 de la SFDR. En février, nous avons pris nos bénéfices sur la participation dans UFP Industries et avons investi le produit de la vente dans Emcor Group (avant la publication de ses résultats).

Bien que les services d’Emcor (+11% de hausse du cours de l’action) soient axés sur le secteur cyclique de la construction, l’activité est moins volatile que les marchés finaux du bois d’UFP Industries. La position dominante d’Emcor sur le marché, sa valorisation attrayante et l’amélioration de ses trajectoires ESG nous ont permis d’acheter confortablement le titre à un niveau pratiquement record (en termes absolus). Nous nous attendons à ce qu’Emcor surpasse le secteur industriel du S&P500 à long terme.

Notre investissement dans Steadfast Group LTD en Australie a produit un rendement de +10% au cours du mois grâce à la réitération par la société de ses fortes prévisions pour 2023. Une croissance organique à un chiffre, des gains de parts de marché et des acquisitions ciblées devraient conduire à une amélioration continue des bénéfices dans le cycle actuel du marché de l’assurance. Le pouvoir de tarification de la société compensera très probablement le ralentissement potentiel des primes émises en 2025.

La holding norvégienne Europris (+13%) a également publié des résultats trimestriels solides et a donné des prévisions optimistes pour 2023. La proposition de valeur du détaillant discount pour les consommateurs durement touchés continue d’augmenter la part de portefeuille. La société versera un dividende supplémentaire et exceptionnel.

En ce qui concerne les trois principaux détracteurs de la performance du fonds en février, Newmont (-16%) a pesé le plus négativement avec l’annonce de son offre publique d’achat sur Newcrest Mining. L’offre est basée sur un échange d’actions (0,38 action Newmont pour 1 action Newcrest), valorisant Newcrest à une valeur d’entreprise d’environ 8 fois l’EBITDA (bénéfices avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement). La société canadienne Yamana Gold a récemment accepté une transaction similaire basée sur des actions à un multiple similaire, bien qu’avec un milliard de dollars de liquidités en plus. L’approbation du gouvernement australien est également requise.

First Republic Bank (-11%) continue de s’attendre à ce que la marge d’intérêt nette atteigne un plancher au premier semestre 2013, mais l’inversion actuelle de la courbe des taux affecte le sentiment des investisseurs. Les perspectives de croissance restent prometteuses, le profil de crédit de la banque est de grande qualité et le modèle de service à la clientèle continue de gagner de nouveaux clients. Le “net promoter score” de la banque, qui s’élève à 80, est nettement supérieur à la moyenne du secteur bancaire, qui est de 31.

Molina Healthcare (-10%) a publié des résultats en ligne au 4T22 et a donné des prévisions rassurantes pour 2023, mais la voie peu claire du dénouement des adhésions à Medicaid liées à la loi Families First Coronavirus Response Act reste sujette à caution. Le Congrès a promulgué cette loi au début de la pandémie pour protéger la santé publique et doit y mettre fin le 31 mars 2023. Pendant la pandémie, 18 millions d’Américains ont souscrit à Medicaid, ce qui a porté le nombre total d’inscriptions à 85 millions de bénéficiaires. L’économie étant revenue à un état plus ou moins stable, il est peu probable que ces 18 millions d’abonnés “supplémentaires” restent éligibles à Medicaid. Molina Healthcare s’attend à perdre environ la moitié des 750 000 membres gagnés pendant la pandémie, ce qui devrait se traduire par une perte de revenus de 1,2 milliard de dollars en 2023. Entre-temps, la société a maintenu ses objectifs à moyen terme, à savoir atteindre un chiffre d’affaires de 35,5 milliards de dollars en 2024 et de 42 milliards de dollars en 2025.

Pour rappel, un fonds de l’article 8 de la SFDR est défini comme “un fonds qui promeut, entre autres caractéristiques, des caractéristiques environnementales ou sociales, ou une combinaison de ces caractéristiques, à condition que les entreprises dans lesquelles les investissements sont effectués suivent des pratiques de bonne gouvernance”.
Un fonds de l’article 9 est défini comme “un fonds qui a pour objectif l’investissement durable ou la réduction des émissions de carbone”.

Valeur liquidative

Au 28/02/2023

Part RC
103,26 €

Chart by Visualizer

Part I
104 082,95 €

Chart by Visualizer

Source : CM-CIC Asset management

L’équipe de gestion

Frédéric et Marc ont des caractères et des compétences diverses qui se complètent et renforcent leur méthode de gestion de fonds d’investissement.
Frédéric avec ses analyses macro-économique affinées, et Marc avec son expertise financière des entreprises côtées, savent mettre en lien leurs connaissances afin de construire des portefeuilles diversifiés et performants.

Frédéric Hamm

Marc Frippiat

Informations légales

Les informations présentées ci-dessus ne constituent ni un élément contractuel, ni un conseil en investissement. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les frais de gestion sont inclus dans les performances. L’accès aux produits et services présentés ici peut faire l’objet de restrictions à l’égard de certaines personnes ou de certains pays. Le traitement fiscal dépend de la situation de chacun.

Ce FIA promeut des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) au sens de l’article 8 du Règlement (UE) 2019/2088 sur la publication d’informations en matière de durabilité dans le secteur des services financiers (dit « Règlement SFDR »). Il n’a pas pour objectif un investissement durable. Il pourra investir partiellement dans des actifs ayant un objectif durable, par exemple tels que définis par la classification de l’UE.

Ce FIA est sujet à des risques de durabilité tels que définis à l’article 2(22) du Règlement (UE) 2019/2088 sur la publication d’informations en matière de durabilité dans le secteur des services financiers (dit « Règlement SFDR »), par un événement ou une condition environnementale, sociale ou de gouvernance qui, s’il se produit, pourrait entraîner un effet négatif réel ou potentiel impact sur la valeur de l’investissement.